Ville de Saint-Astier, au cœur du Périgord
Site officiel de la ville de Saint-Astier

 
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

[Vidéo] Visite du ministre de l’Intérieur, au CNEFG




Lundi 6 octobre, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve était à Saint-Astier pour une visite de plus de trois heures au Centre National d’Entraînement des Forces de Gendarmerie. Créé au lendemain de mai 68, ce centre de formation unique en France accueille chaque année plus de 13 000 stagiaires du monde entier et dispense un enseignement de qualité, reconnu centre d’excellence en Europe. Venu saluer la qualité de la formation et rencontrer les stagiaires présents sur le site, M. Cazeneuve a annoncé un investissement de 108 millions d’euros, dans le cadre d’un plan triennal, pour renforcer l’équipement technologique des gendarmes et policiers.

Après l’accueil républicain par monsieur le Préfet de la Dordogne, madame le Maire de Saint-Astier et le colonel Pierre Casaubieilh, le ministre a rencontré brièvement les officiers de commandement du centre et les élus pour une présentation du dispositif d’ensemble de commandement des écoles. La délégation a ensuite assisté à une démonstration grandeur nature d’un exercice des pelotons d’intervention avec véhicule incendié et gaz lacrymogènes dans le village recréé : une véritable ville dans la ville, où l’on retrouve rues et ruelles, commerces, immeubles, parkings… Un panel de décors spécialement créés pour l’entrainement au maintien de l’ordre. L’objectif est de préparer chacun à réagir en cas de mouvement de foule, d’attroupement, d’émeutes, de violences urbaines…

« Police 3.0 »

La nouveauté ici était la présentation de l’expérimentation de drones pour une mission de maintien de l’ordre public. S’ils sont déjà utilisés par les pompiers pour surveiller les zones de feu, par la sécurité civile pour anticiper les secours ou par l’armée pour des missions de reconnaissance, les drones font aujourd’hui l’objet d’une réflexion sur leur usage par les forces de sécurité. Le CNEFG est ainsi en train de tester trois modèles qui pourraient équiper prochainement les forces de l’ordre : "Il y a urgence à faire en sorte que nos forces de sécurité soient dotées des meilleurs outils. Avoir des effectifs, c’est important – nous recréons des postes dans la police et la gendarmerie – mais si ces postes ne sont équipés aux meilleurs standards, nous perdrons en efficacité." Bernard Cazeneuve a ainsi confirmé réfléchir à un "cadre réglementaire" qui permettrait l’utilisation de ces engins télécommandés, tout en respectant les libertés individuelles : "Si la technologie se met au service du ministère de l’Intérieur, cela doit se faire dans le respect rigoureux des libertés. Le ministre que je suis n’est pas seulement celui de l’ordre, il est aussi celui des libertés publiques."

Le ministre de l’Intérieur l’appelle "la police 3.0", à la pointe de la technologie dans un respect rigoureux du droit et des règles qui régissent les libertés individuelles. Et l’État compte mettre les moyens nécessaires : 108 millions d’euros sur trois ans permettront d’équiper police et gendarmerie.

A l’issue de la présentation des drones et du centre de contrôle, M. Bernard Cazeneuve a rencontré les stagiaires présents sur le site, auxquels il a exprimé "sa reconnaissance, pour sa maîtrise, son excellence et son courage". Après ce moment d’échange et de discussion, la délégation s’est à nouveau rendue au village pour un exercice de rétablissement de l’ordre de nuit, avec véhicules blindés et hélicoptère.