Ville de Saint-Astier, au cœur du Périgord
Site officiel de la ville de Saint-Astier

 
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Cérémonie des vœux à la population




Élisabeth Marty s'adresse à la population astérienne lors de la cérémonie des vœux, le 16 janvier 2016 © Ville de Saint-Astier
Élisabeth Marty s'adresse à la population astérienne lors de la cérémonie des vœux, le 16 janvier 2016 © Ville de Saint-Astier
Samedi 16 janvier, Élisabeth Marty, maire de Saint-Astier et conseillère départementale du canton, entourée de son conseil municipal, présentait ses vœux à la population et aux personnalités réunies au centre culturel La Fabrique. Accueillie par une rétrospective en photo des événements et réalisations de l'année 2015, la population s'était déplacée en nombre pour participer à cette deuxième cérémonie des vœux à la population, occasion de découvrir un état des lieux de la ville dressé par la municipalité et les grandes orientations pour 2016.

Aux côtés des adjoints et conseillers municipaux et de Jean-Marc Bassaget, secrétaire général de la Préfecture, Élisabeth Marty a ouvert son discours par un hommage aux victimes des attentats de 2015, "année tragique débutant par un carnage et s’achevant par un état de guerre. Sans pitié, avec méthode, des fous sans foi ni loi ont tiré et abattu des jeunes venus s’amuser, danser, rire, manger, boire une bière, simplement vivre. Ces terroristes islamistes ont bafoué la devise de la République Française, Liberté, Égalité, Fraternité. Devise enviée du monde, et pour laquelle nous devons vivre et ne pas courber l’échine."

En remerciant l’équipe municipale et la centaine de bénévoles qui travaillent dans l’ombre, Élisabeth Marty a esquissé un sombre tableau de la situation de la collectivité : "Un épais brouillard financier d’abord. [...] Les maîtrises des dépenses de fonctionnement, l’anticipation, la prise de conscience des services, l’échelonnement des travaux divers, le report de projets, le travail avec M. le Percepteur nous ont permis de respecter notre budget sans ouverture de ligne de trésorerie, ni d’emprunt pour l’équilibrer ; son équilibre s’est fait comme nous l’avions prévu, par autofinancement. De ça, nous sommes extrêmement satisfaits. [...] C’est dans ce même épais brouillard, que l’état des lieux de nos équipements a été réalisé, mettant en pleine lumière de nombreux dysfonctionnements. [...] Brouillard également au sein de la communauté des communes CCIVS [...]. Travail compliqué car les compétences voiries, jeunesse, éducation, tourisme, cuisine centrale, piscine ont été transférées, obligeant à de nouvelles organisations de travail au sein des services, une grande rigueur financière, la mutualisation des moyens, une adaptation ultra-rapide et maximale des élus qui y travaillent, face aux nouvelles lois imposées par l’État [...]. Tempête également sur la Nouvelle Organisation Territoriale de la République, cette fameuse loi NOTRe. La Dordogne, se retrouve au centre d’une nouvelle région issue de la fusion Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes, [...] région la plus peuplée de France. [...] Agrandissement ne veut pas dire perte d’identité et fin de la ruralité ; mais il s’agit bien du gonflement des communautés des communes dont la CCIVS qui permettra d’avoir davantage de capacité à agir au niveau économie, création d’emploi, aménagement du territoire, lutte contre la pauvreté et taux de chômage."

Un état des lieux qui permet de dessiner les grandes lignes du projet 2016 : "Toujours avec une extrême prudence, nous stabiliserons nos bases ; nous espérons terminer ce qui a été annoncé en 2015 et pas encore réalisé faute de moyens ; la maison pluridisciplinaire de santé, la remise en état des structures sportives, du centre culturel avec en particulier la mise en valeur de son parvis, la destruction de l’ancienne salle de musculation, la réflexion sur le devenir de l’ancien collège, la poursuite de l’embellissement de la ville, la remise en état de l’ensemble de nos équipements, la gestion du camping, dossier sur lequel tout et n’importe quoi a été écrit et dit. Nous continuerons le nettoyage du bois de Gimel et l’embellissement de la ville, nous poursuivrons le fauchage tardif, et nous débuterons un travail participatif sur la place du Périgord, nous nous inscrirons encore au concours des villes fleuries.[...] Nous entamerons deux réflexions ; la première : comment entretenir le cimetière en ayant signé une charte Zéro Herbicide et la seconde : le sens de circulation du centre-bourg. [...] Nous n’augmenterons pas la fiscalité et nous soutiendrons avec équité le monde associatif dans lequel nous croyons, drainant une activité économique pour notre ville.[...] Je terminerai en remerciant cette belle équipe que j’ai l’honneur de mener, sa disparité fait sa force, sa volonté fait sa beauté, son travail fait sa réussite, son intégrité fait sa dignité."

A l'issue du vin d'honneur, la soirée s'est poursuivie autour d'un bar à huîtres, pour une soirée d'échange chaleureuse et conviviale.


Élisabeth Marty s'adresse à la population astérienne lors de la cérémonie des vœux, le 16 janvier 2016 © Ville de Saint-Astier
Élisabeth Marty s'adresse à la population astérienne lors de la cérémonie des vœux, le 16 janvier 2016 © Ville de Saint-Astier


Élisabeth Marty s'adresse à la population astérienne lors de la cérémonie des vœux, le 16 janvier 2016 © Ville de Saint-Astier
Élisabeth Marty s'adresse à la population astérienne lors de la cérémonie des vœux, le 16 janvier 2016 © Ville de Saint-Astier

Élisabeth Marty s'adresse à la population astérienne lors de la cérémonie des vœux, le 16 janvier 2016 © Ville de Saint-Astier
Élisabeth Marty s'adresse à la population astérienne lors de la cérémonie des vœux, le 16 janvier 2016 © Ville de Saint-Astier

Jean-Marc Bassaget, secrétaire général de la Préfecture présente des vœux plein d'humanisme à la population astérienne, le 16 janvier 2016 © Ville de Saint-Astier
Jean-Marc Bassaget, secrétaire général de la Préfecture présente des vœux plein d'humanisme à la population astérienne, le 16 janvier 2016 © Ville de Saint-Astier