Ville de Saint-Astier, au cœur du Périgord
Site officiel de la ville de Saint-Astier

 
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Frelons asiatiques - Les piéger efficacement



Si les fondatrices commencent leur activité dès la mi-février en Dordogne, même parfois avant, elles ne commencent réellement à construire un nid primaire viable que vers la fin mars. A partir de ce moment, leurs besoins énergétiques augmentent considérablement pour la recherche des matériaux et l’élaboration du nid. Ce nid primaire est placé dans des endroits très abrités du vent et surtout de la pluie. Le papier qui le constitue est très fragile. On le trouve souvent sous des toits, sous les auvents des maisons. Il est à cette période très facile à détruire.


L’objectif du piégeage de printemps vise à capturer les femelles fécondées capables de construire et développer un nid.

1 - Il permet d’épargner les colonies d’abeilles et les insectes sauvages (plus de 50 % des proies des frelons) pendant l’été et l’automne.
2 - C’est le moyen le plus efficace et le moins coûteux pour rompre la multiplication des nids de frelons asiatiques.
3 - Il permet accessoirement d’éviter les piqûres.

La période de piégeage.
Le mois d’avril est la meilleure période. Les belles journées succédant à des périodes de froid et de pluies sont très favorables aux captures.
Il est impératif de poursuivre le piégeage jusqu’à la mi juin (fin de la floraison du châtaignier). Au-delà, les reproductrices restent à l’intérieur du nid et sont protégées. Ce sont les jeunes ouvrières qui assurent l’approvisionnement.

Comment réaliser son piège soit même : ici

Les lieux les plus favorables sont :
La proximité des anciens nids. Dans les zones non piégées Il est fréquent, d’observer la succession des nids d’une année à l’autre, sur les mêmes arbres ou sur les arbres voisins.
Les passages à essaims.
Les ruchers (odeurs de miel) et les emplacements de transhumance. En absence de piégeage, il est fréquent d’observer des nids très proches des ruchers, y compris des constructions primaires à l’intérieur de ruches vides.
Les tas de composts ménagers contenant des épluchures de fruits (odeurs de fruits mûrs).
Les déchetteries, les lieux de stockage des emballages de fruits et légumes des magasins et épiceries.
Les arbres et arbustes mellifères en fleurs ( pour le nectar des fleurs ou les abeilles en train de récolter). Les fondatrices éventrent leur proie pour prélever des substances dans l’abdomen.

La hauteur des pièges doit être comprise entre 0.5 et 1.50 m. Les placer le matin au soleil et l’après midi plutôt à l’ombre. Il n’est pas inutile de placer plusieurs pièges au même endroit.