Ville de Saint-Astier, au cœur du Périgord
Site officiel de la ville de Saint-Astier

 
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

La sécurité, nouvel enjeu des grands événements



C'est dans un contexte marqué par une menace terroriste importante que lee festival de bandas a eu lieu cette année. La sécurité s'inscrit dorénavant à l'agenda de toutes les manifestations d'envergure. Événement sportif, festif, associatif... comment concilier sécurité, quiétude et préservation d'une atmosphère conviviale ? La ville de Saint-Astier a mis un point d'honneur à être aux côtés des organisateurs des bandas en élaborant avec la Préfecture un dispositif de sécurité inédit. Les moyens humains et financiers accordés par la ville ont été à la hauteur cette importante manifestation chère à tous.


Au cours d'un été meutri par l'attentat de Nice, les services municipaux, en lien avec la préfecture de la Dordogne, la gendarmerie, le SDIS et l'association Fêt' Astier ont ainsi élaboré un dispositif de sécurité inédit pour l'organisation du festival des Bandas. Plusieurs réunions ont permis de délimiter le périmètre à sécuriser, d'identifier les risques potentiels et de définir les mesures susceptibles d'assurer la sécurité du public.

Sur le plan humain, le dispositif prévoyait un déploiement de vingt gendarmes sur dix points de contrôle, vingt-quatre agents de sécurité privée dont quatre agents cynophiles, disposés aux onze points d'accès au festival, dix secouristes de la Croix-Rouge et cinquante bénévoles sur toute la durée du festival. Les mesures de sécurité renforcées impliquaient également fouille et palpation systématique aux entrées, l'installation d'un double barriérage sur tous les points d'accès au site avec, sur les emplacements sensibles, un blocage supplémentaire par un véhicule. Une réquisition du Parquet autorisait également la gendarmerie à effectuer des contrôles des coffres des véhicules. Enfin, en matière d'organisation des secours, deux classes de l'école maternelle ont été libérées pour installer un point de rassemblement des victimes ; et une "drop-zone" permettant l'évacuation par hélicoptère était prévue au stade du Roc.