Ville de Saint-Astier, au cœur du Périgord
Site officiel de la ville de Saint-Astier

 
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Le 21 octobre, c'est la Saint Astier !




Le 21 octobre, c'est la Saint Astier !
Astier, l'ermite qui a donné son nom à notre cité et patron de la commune est fêté chaque 21 octobre. L'abbé Nogué, dans son livre "Pito Vilo - Grand Cluchié" nous apprend que cette fête était autrefois appelée  "fête de la frairie", la frairie étant une subdivision de paroisse apparue au Moyen-Âge et qui a survécu jusqu'à la Révolution.

L'occasion de faire un retour quelques siècle en arrière, vers l'an 560, aux temps de la création de notre cité. La ville et son nom sont liés à l’histoire d’un homme, Astérius, fils d’une famille romaine, né au VIe siècle à Puy-de-Pont, à l’embouchure de l’Isle et du Salembre, près de Neuvic-sur-l'Isle. La légende veut que, devenu ermite, il réalisa de nombreux miracles donnant au lieu une certaine renommée. Une première église est bâtie à proximité de l'ermitage, dans laquelle le saint sera inhumé à sa mort. Aujourd'hui, cette église n'existe plus, mais, dans une grange à la chapelle des Bois, on peut toujours voir deux colonnes dans l'épaisseur de la maçonnerie.

Son tombeau attirant la dévotion des fidèles, un monastère s’installe à proximité de la rivière, entouré de quelques maisons. Sur les rives de l’Isle, la petite bourgade naissante subit de plein fouet les invasions qui ravageront le Périgord. Vers 849, les Normands saccagent le bourg et le monastère, mais aussi l'église, près de la chapelle des Bois. C'est au Xe siècle que sont jetés les fondements d'une nouvelle église à Saint-Astier. En 1013, une église fortifiée flanquée d'un monastère de chanoines réguliers, est consacrée et les reliques de Saint-Astier y sont alors transférées.

En décembre 1901, une statue de bronze de l'ermite, financée par une souscription populaire, remplace une antique statue de pierre qui tombait en ruines. L'aspect du glorieux anachorète est austère et doux ; en robe de bure, il a à la main son bâton de pèlerin et un livre de prières.

 
Une deuxième statue de Saint-Astier existe : à Périgueux, dans le dédale des rues piétonnes du quartier historique, sur une petite place enclavée au pied de l'ancien Hôtel de Saint-Astier, une niche renferme une statuette de l'ermite Asterius (voir photo).